Un nouveau montant de 25 millions $ financera la fourniture de vivres d’urgence et le rétablissement du secteur agricole dans le sud de Madagascar

La Chargée d’Affaires de l’Ambassade des États-Unis, Amy Hyatt, a annoncé une aide d’urgence supplémentaire d’un montant de 25 millions de dollars pour atténuer la crise dans le sud de Madagascar.

Le financement apporté par l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) au nom du peuple américain, financera quatre projets qui appuieront la relance agricole et fourniront des vivres à la population du sud de Madagascar.  On estime à 1,3 million le nombre d’individus dans la région confrontés à l’insécurité alimentaire.  La période de soudure vient de commencer et l’accès à la nourriture devrait rester limité, du moins jusqu’en avril 2022.

« L’aide à la crise dans le sud reste une priorité absolue pour le gouvernement américain », a déclaré la Chargée d’Affaires américaine Amy Hyatt.  « 18,5 millions de dollars seront octroyés au Programme Alimentaire Mondial (PAM) pour lui permettre de continuer à fournir des vivres et apporter une aide financière vitale à plus de 463.000 individus. »

Le PAM fournira une aide d’urgence aux populations les plus touchées.  239.200 personnes recevront une aide alimentaire et 224.000 autres recevront une aide en espèces.

Depuis 2015, l’USAID a engagé plus de 261 millions de dollars dans le sud.  Elle est le principal pourvoyeur d’aide alimentaire d’urgence et prestataire d’activités de prévention et de traitement de la malnutrition chez les femmes enceintes et les enfants en bas âge.

« Face à cette crise, il nous faut continuer à planifier pour l’avenir », a déclaré le Directeur Général de l’USAID, John Dunlop.  « C’est pourquoi nous finançons également des projets de relance agricole qui, nous l’espérons, permettront aux agriculteurs de la région d’obtenir plus de succès dans leurs futures récoltes. »

Catholic Relief Services et Action Contre La Faim fourniront des semences résistantes à la sécheresse et au stress, rééquiperont les familles d’agriculteurs en outils et assureront un approvisionnement en eau à usage agricole.  Ces projets aideront 376.000 personnes.

Pour la première fois à Madagascar, l’USAID travaille en partenariat avec le Centre international de la patate douce (CIP).  Le CIP collaborera avec les agriculteurs locaux pour les sensibiliser et les encourager à cultiver et à consommer les patates douces à chair orange, un légume très nutritif qui est aussi résistant à la sécheresse et peut se conserver jusqu’à six mois, ce qui en fait une culture idéale pour aider les familles à traverser la longue période de soudure.  Ce projet bénéficiera à 400.000 personnes.

Les projets financés par le gouvernement américain dans le sud de Madagascar nourrissent actuellement plus de 700.000 personnes, traitent et préviennent la malnutrition chez 92.900 enfants, améliorent l’accès à l’eau pour 50.000 personnes et favorisent la relance économique de 44.520 agriculteurs à travers des activités agricoles.

L’année dernière, l’aide de l’USAID à Madagascar s’élevait à 133,5 millions de dollars.  Ce montant comprenait 74,5 millions de dollars pour le secteur santé où les États-Unis est le plus grand donateur, et 48,5 millions de dollars pour la sécurité alimentaire où l’aide alimentaire américaine permet à plus de 1,5 million de Malagasy de surmonter une période de sécheresses dévastatrices qui frappe le sud du pays.