L’USAID lance un nouveau partenariat public-privé avec le secteur du chocolat et des épices

L’approche innovante, connue localement sous le nom de « Alliance TSIRO », améliorera les revenus de plus de 2.000 agriculteurs et plantera plus de 1,5 million d’arbres

L’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), au nom du peuple américain, a lancé un nouveau partenariat public-privé de 5,8 millions de dollars sur cinq ans pour renforcer l’industrie du chocolat et des épices, améliorer les moyens de subsistance des agriculteurs et conserver la biodiversité à Madagascar.

Le partenariat, appelé “Alliance TSIRO “, s’engage à appuyer plus de 2.000 agriculteurs auprès de 30 communautés et à planter plus de 1,5 million d’arbres dans les cinq prochaines années pour soutenir les systèmes agroforestiers et la biodiversité.   L’Alliance TSIRO représente une Alliance mondiale de développement HEARTH, une initiative où l’USAID et le secteur privé collaborent pour identifier et résoudre les défis du développement à travers des partenariats mutuellement avantageux.

“L’USAID considère le secteur privé comme une force puissante capable de stimuler la croissance économique, créer des emplois et promouvoir des opportunités qui améliorent le bien-être des personnes et des communautés, “ a déclaré le Directeur Général de l’USAID Madagascar, John Dunlop.

L’Alliance TSIRO rassemble des entreprises privées locales et internationales ainsi que des organisations à but non lucratif travaillant dans le secteur du chocolat fin et des épices.  Ces partenaires comprennent Catholic Relief Services (CRS), Fine Chocolate Industry Association (FCIA), Beyond Good, Guittard Chocolate, Akesson’s Organic et Heirloom Cacao Preservation Fund (HCP).  Centre ValBio et Bristol Zoo serviront de partenaires techniques.

“Nous partageons tous les mêmes objectifs d’améliorer la situation économique des agriculteurs participants, de renforcer le processus dans son ensemble : de la culture à la fabrication jusqu’à la vente du cacao fin et des épices fines de Madagascar, et de soutenir la biodiversité dans les écosystèmes uniques nécessaires à la production de ces cultures, ” a déclaré Jim Hazen de CRS au nom de l’Alliance TSIRO.

Madagascar abrite une variété traditionnelle unique de cacao appelée criollo.  Ce type de cacao rare est célèbre pour sa saveur fruitée et attire l’attention de nombreuses entreprises internationales de chocolat fin.  Criollo a besoin d’ombre pour pousser, c’est pourquoi l’Alliance TSIRO plantera plus de 1,5 million d’arbres dans l’espace entre les fragments de forêts des corridors forestiers de Tsaratanana et Fandriana Vondrozo.  On exploitera ces zones pour produire du cacao et des épices dans un système agroforestier mixte qui répond à l’engagement de l’Alliance TSIRO à conserver la biodiversité et les ambitions commerciales du secteur du chocolat fin.

“Ces systèmes agroforestiers sont une solution gagnant-gagnant “, fait remarquer Agathe Sector, Directrice du Bureau de l’environnement et du développement économique durables de l’USAID.  “Ils préservent la biodiversité tout en offrant un habitat aux lémuriens et à d’autres espèces animales vivant dans les forêts, et ils créent les conditions idoines pour les agriculteurs de cultiver du cacao de haute qualité, qu’ils peuvent ensuite vendre à des acheteurs internationaux à un prix plus élevé. ”

A travers ce projet, le gouvernement américain montre son engagement à faciliter les relations entre les entreprises américaines et malagasy.  Le partenariat contribuera également à renforcer le marché du cacao peu développé de Madagascar tout en améliorant les économies locales et en préservant la biodiversité.  En outre, il fournira aux agriculteurs une formation financière pour améliorer leur capacité à négocier avec les acheteurs, des compétences qui les aideront à gagner un prix équitable pour leurs produits.

Depuis 2013, le gouvernement américain a alloué environ 60 millions de dollars dans des projets de renforcement de la gouvernance des ressources naturelles, à améliorer les moyens de subsistance et à soutenir la conservation de la biodiversité.  Le gouvernement américain travaille aux cotés de l’Etat et du peuple malagasy, tels des “mpirahalahy mianala “, pour sécuriser les ressources naturelles et la biodiversité de la nation et promouvoir des pratiques environnementales durables qui aideront à protéger le patrimoine environnemental et l’avenir économique du pays.