Le gouvernement américain alloue près de 40 millions de dollars d’aide d’urgence supplémentaire pour le sud de Madagascar

Alors que l’insécurité alimentaire s’aggrave, de nouveaux financements fourniront une aide alimentaire d’urgence à plus de 729.000 personnes

Les dernières évaluations faites indiquent que la situation de la sécurité alimentaire dans le sud de Madagascar continue de s’aggraver, aussi l’Ambassadeur américain Michael Pelletier a-t-il annoncé aujourd’hui une contribution de près de 40 millions de dollars du gouvernement américain au titre d’appui supplémentaire pour le sud frappé par la sécheresse.  Ce financement urgent permettra de fournir une aide alimentaire d’urgence, de traiter la malnutrition chez les jeunes enfants, les femmes enceintes et les nouvelles mères, d’améliorer l’hygiène et de reconstruire des puits pour assurer l’accès à l’eau potable.

Le Président Andry Rajoelina s’est joint à l’Ambassadeur Pelletier lequel a souligné que le gouvernement américain et le gouvernement malagasy étaient comme des « mpirahalahy mianala » répondant aux besoins urgents des familles qui souffrent de la faim et proposant des solutions à long terme à l’insécurité alimentaire dans le sud et le sud-est de Madagascar.

L’Ambassadeur Pelletier a fait savoir que même si ce nouveau financement portait secours à de nombreuses personnes, il ne répondrait pas aux besoins de tout le monde.  Il a ainsi fait appel aux autres donateurs à apporter également leur contribution en déclarant : « Je suis heureux de voir la communauté internationale attentive à l’urgence de la situation dans le sud de Madagascar, mais on a besoin de plus d’aide.  Plus de 1,1 million de gens font aujourd’hui face à des niveaux élevés d’insécurité alimentaire et ce nombre pourrait augmenter.  Nous saluons les efforts pour le développement à long terme pour le Grand Sud annoncés par SEM. le Président ce weekend, mais nous exhortons aussi la communauté internationale et le gouvernement malagasy à redoubler d’efforts pour empêcher la famine de s’aggraver. »

Des analyses faites à la fin mai par deux experts en sécurité alimentaire de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) ont clairement démontré que la situation de la sécurité alimentaire est à son niveau le plus alarmant depuis le début de la sécheresse en 2014.  Au moins 14.000 personnes sont déjà au bord de la famine, les prochaines récoltes sont compromises et l’accès à la nourriture s’aggraverait d’ici 2022.

Les quelque 40 millions de dollars alloués par le gouvernement américain à travers l’USAID financeront des projets en cours gérés par les partenaires de l’USAID, le Programme alimentaire mondial (PAM), l’UNICEF et Catholic Relief Services (CRS).  Une partie du financement du PAM fournira, d’août à octobre, une aide alimentaire immédiate à 465.000 personnes et une alimentation supplémentaire pour prévenir la malnutrition aiguë chez 19.800 femmes enceintes et nouvelles mères ainsi que 63.400 enfants.  D’autres financements seront utilisés par le PAM et CRS pour préparer une aide alimentaire en vue de la prochaine période de soudure qui devrait commencer en octobre.  CRS reconstruira et réparera des puits dans les communautés ciblées.  Le PAM et l’UNICEF fourniront un traitement à 57.000 enfants souffrant de malnutrition aiguë modérée ou sévère.  L’UNICEF fournira un accès à l’eau potable et assurera la promotion de l’hygiène à plus de 100.000 personnes, tandis que le PAM opèrera des vols qui apporteront des fournitures supplémentaires et du personnel humanitaire.  Ces projets constituent un complément ou une extension des autres aides d’urgence et de développement financées actuellement par l’USAID dans le sud.

Depuis 2015, le gouvernement américain, à travers l’USAID, est le principal fournisseur d’aide pour le sud, ayant engagé plus de 229 millions de dollars pour répondre aux besoins urgents des familles qui souffrent de la faim et proposer des solutions à long terme à l’insécurité alimentaire.  En décembre 2020, l’Ambassadeur américain Pelletier, aux côtés du président Andry Rajoelina, a lancé trois projets de sécurité alimentaire de l’USAID pour apporter une aide alimentaire immédiate et assurer un développement à long terme dans les régions du sud et du sud-est.

L’année dernière, l’aide de l’USAID en faveur de Madagascar s’élevait à 133,5 millions de dollars, un montant qui comprenait 74,5 millions de dollars pour des activités dans le domaine de la santé où les États-Unis sont le plus grand pays donateur, et 48,5 millions pour la sécurité alimentaire où l’aide alimentaire américaine a aidé plus de 1,5 million de citoyens malagasy à survivre à la série dévastatrice de sécheresses qui a touché le sud de Madagascar.

Version Malagasy (PDF 162K)