Lancement officiel des projets environnementaux USAID Hay Tao et USAID Mikajy

Allocution de Monsieur Stuart R. Wilson, Chargé d’Affaires de l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique lors du lancement officiel des projets environnementaux USAID Hay Tao et USAID Mikajy

Vendredi 14 septembre 2018 dans les jardins d’Infinithé, Ivandry

Excellence Monsieur le Ministre de l’Environnement, de l’Ecologie et des Forêts,
Excellence Monsieur le Ministre des Ressources Halieutiques et de la Pêche,
Madame le Directeur Général par intérim de l’USAID Madagascar
Honorables invités,
Mesdames et Messieurs ;

Je suis très heureux d’être avec vous aujourd’hui pour célébrer le partenariat solide et durable entre les États-Unis et Madagascar. A travers les efforts déployés par notre agence de développement, l’USAID et grâce au soutien généreux du peuple américain, notre gouvernement collabore avec l’Etat malagasy et d’autres partenaires au développement pour améliorer la vie des Malagasy. Aujourd’hui, nous sommes fiers d’annoncer un nouveau chapitre de ce partenariat.

Au début de cette année, en mars, lors de la Journée Mondiale de la Vie Sauvage, l’Ambassadeur Yamate avait déclaré que les États-Unis relançaient leur programme environnemental après une longue absence. Nous lançons aujourd’hui USAID Hay Tao et USAID Mikajy, qui représentent le fruit de plusieurs années d’efforts de ramener l’aide américaine pour l’environnement à Madagascar.

Le gouvernement des États-Unis, surtout à travers les programmes de l’USAID, soutient depuis longtemps la protection de l’environnement à Madagascar. Bien que l’Ambassade et l’USAID aient fourni une aide plus ou moins limitée dans le domaine de l’environnement et de la conservation pendant les neuf dernières années, nous sommes ravis de relancer un programme de cette importance dans le secteur. Nous sommes, par ailleurs, heureux d’étendre notre soutien au-delà de la conservation des zones terrestres pour inclure les zones marines et côtières. Ce nouvel élément de notre appui contribue directement aux objectifs de la promesse de Sydney faite par l’Etat Malagasy d’agrandir les aires de conservation marine.

Le gouvernement américain comprend la valeur économique de la conservation. Quant au peuple américain, il apprécie à sa juste valeur notre système de parcs nationaux, lesquels constituent une partie importante de l’identité américaine. Ils génèrent des milliards de dollars de revenus tous les ans, profitent à un grand nombre d’entreprises et fournissent un point d’ancrage économique important à plusieurs communautés rurales de notre pays. Il existe des villes et des familles qui auraient été beaucoup plus pauvres sans les revenus provenant des zones protégées.

La faune unique et les paysages terrestres et marins de Madagascar sont tout aussi emblématiques que ceux des États-Unis. On retrouve, par exemple, à Madagascar, les étonnants Tsingy du Bemaraha avec son assortiment de faunes sauvages, tandis que les États-Unis abritent le Grand Canyon et ses animaux et plantes uniques. Tout comme Madagascar possède les magnifiques forêts tropicales de Masoala, riches en espèces sauvages, les États-Unis ont les forêts tempérées luxuriantes des Great Smoky Mountains. Dans les deux pays, le rôle des communautés locales, en tant que partenaires clés qui bénéficient des retombées économiques de ces aires, est une composante essentielle du succès.

Le patrimoine naturel de nos deux pays, qui sont parmi le plus riche de la planète en termes de biodiversité, constitue également une partie importante de notre identité en tant que nations. Les visiteurs du monde entier affluent pour voir nos trésors nationaux, qu’il s’agisse des séquoias de la Californie ou des baobabs du Menabe. Nous disposons aussi chacun d’espèces emblématiques, des makis et des bisons, qui sont les symboles représentatifs de nos sociétés et de nos communautés. De toute évidence, notre biodiversité fait partie de ce que nous sommes et nous nous devons de la protéger et la conserver, en même temps que nous protégeons et conservons nos cultures respectives.

Une fois de plus, nous sommes ravis de renouer le dialogue avec l’Etat malagasy et les autres partenaires au développement, en faveur du trésor environnemental extraordinaire de Madagascar et de la population tout aussi extraordinaire du pays, et je peux vous assurer que notre engagement est plus fort que jamais. Nous sommes impatients de travailler avec vous tous ici présent, ainsi qu’avec tous les autres à travers le pays, pour qu’ensemble on puisse faire cet effort important.

Je vous remercie.