64.000 enfants du sud de Madagascar bénéficieront d’une aide du gouvernement américain pour combattre la Malnutrition

Un montant de 2,5 millions $ est alloué pour financer les activités de l’UNICEF et du Programme Alimentaire Mondial jusqu’à la fin de la période de soudure

ANTANANARIVO : Alors que l’insécurité alimentaire dans le sud de Madagascar s’aggrave, le gouvernement des États-Unis à travers l’Agence des États-Unis pour le Développement International (USAID) a alloué un montant de 2,5 millions de dollars à l’UNICEF et au Programme Alimentaire Mondial (PAM) pour soigner les enfants de moins de cinq ans qui souffrent de malnutrition aiguë modérée et sévère.

Selon les prévisions d’une étude réalisée en avril 2020, plus de 119.000 enfants malagasy souffriront de la malnutrition aiguë modérée et plus de 19.000 autres seront touchés par la malnutrition aiguë sévère dans six districts du sud cette année. La malnutrition est associée à au moins 44% des décès d’enfants de moins de cinq ans à Madagascar.

« Nous sommes profondément alarmés par la malnutrition provoquée par la sécheresse qui menace des vies dans le sud de Madagascar », a déclaré l’Ambassadeur américain Michael P. Pelletier. « Grâce à cette assistance, 64.000 enfants touchés par la malnutrition pourront recevoir un traitement vital, » a-t-il ajouté.

L’UNICEF et le PAM utiliseront ce financement pour faire l’acquisition de produits alimentaires spécialisés, à forte densité énergétique et produits localement, remplis de micronutriments et conçus pour aider les enfants de moins de cinq ans à prendre rapidement du poids.

Le gouvernement américain a fourni 1 million de dollars à l’UNICEF pour traiter la malnutrition aiguë sévère dans huit districts : Ampanihy, Bekily, Betioky Sud, Beloha, Tsihombe, Amboasary, Ambovombe et Taolagnaro. Les enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère courent un risque élevé de décès ou de séquelles à long terme sur leur santé.

L’UNICEF fournit des aliments thérapeutiques prêts à l’emploi, ou RUTF, un complément nutritionnel spécialisé qui n’est distribué que sous la supervision des agents de santé qualifiés. Tout enfant dont l’état nutritionnel se détériore pendant le traitement RUFT sera adressé à l’hôpital le plus proche pour des soins et un traitement supplémentaires.

En parallèle, le gouvernement américain a fourni au PAM 1,5 million de dollars pour soigner la malnutrition aiguë modérée. Il s’agit d’un diagnostic à un degré moindre de malnutrition mais toujours grave. A ce stade, l’enfant reçoit un complément alimentaire prêt à l’emploi, ou RUSF, qui est un produit nutritionnel fort en calories et riche en vitamines et en minéraux. Le PAM utilisera ce financement pour maintenir un programme de traitement de la malnutrition aiguë modérée existant dans les districts d’Amboasary, Ambovombe, Ampanihy et Bekily. Dans le cadre de ce programme, les enfants de 6 à 59 mois font l’objet d’un dépistage actif pour déterminer leur état de santé nutritionnel. Les enfants considérés comme ayant besoin de soins supplémentaires suivent un traitement jusqu’à ce qu’ils aient récupéré.

# # #